Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom martine
Age 55
But du voyage Tourisme
    Envoyer un message
Nationalité France
Description
Note: 5/5 - 1 vote(s).



Localisation : Namibie
Date du message : 14/05/2016
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 De Sesriem à Swakopmund

A notre réveil ce matin, un troupeau d’oryx broutait tranquillement devant notre lodge. Les premiers rayons du soleil déversaient de l’or sur la prairie. Quel spectacle ! Mais quelques minutes plus tard, le soleil sortait totalement de derrière les collines et le paysage prenait un tout autre aspect.

On ouvre les yeux sur les premiers rayons de soleil                                                                         La prairie inondée de soleil

Nous quittons Sesriem pour Swakopmund sur la côte atlantique à quelques 300 kilomètres au Nord. Nous sommes toujours dans le désert du Namib. La route de gravel que nous empruntons tout d’abord traverse des étendues très vastes avec les montagnes à l’horizon. Le gravel est un revêtement de graviers et de sable. Mais le vent a vite fait de sculpter le sable, transformant la route en tôle ondulée. Il faut savoir adapter sa conduite, trop lentement et la voiture tressaute dans tous les sens, trop vite et vous survolez les bosses en perdant totalement le contrôle du véhicule. Un autre inconvénient sur ce type de route ; la poussière, un véhicule devant vous et c’est le brouillard le plus complet.

Gaub Pass                                                                                        Gaub Pass

Puis le paysage change, nous prenons de l’altitude. La plaine se transforme en énormes collines de pierraille qu’il faut franchir. Gaub Pass, nous roulons au milieu d’un canyon. De chaque côté, des falaises ou des ravins, c’est fantastique, on se croirait dans un autre monde.

La passe franchie, nous roulons de nouveau dans une plaine mais beaucoup plus aride. Les arbres se font plus rares, mais il y a beaucoup de buissons.

Kuiseb Pass, des falaises encore plus hautes. Un chaos de pierres. Au fond des ravins, la rivière asséchée a laissé quelques trous d’eau, taches de lumière et de couleurs dans tout ce noir. La pierre renferme des particules argentée que le soleil fait miroiter.

Kuiseb Pass                                                                         Kuiseb Pass

Après la Kuiseb Pass, nous quittons la route pour prendre une piste qui traverse une zone protégée. C’est pour cela que nous avions demandé un permis. Sur cette piste nous ne rencontrons pas un seul véhicule mais nous avons la chance de voir beaucoup d’animaux : des oryx bien sûr, des springboks, des antilopes, des autruches, mais également des zèbres et un renard qui s’enfuit à notre approche.

Nous arrivons dans l’après-midi à Swakopmund. Les allemands avaient créé ici un port de pêche coincé entre les dunes et l’océan. C’est aujourd’hui une station balnéaire. Swakopmund est toujours dans le brouillard. L’été, quand il fait chaud, un vent de sable envahit la ville et l’hiver, quand il fait froid comme aujourd’hui, l’air se charge d’eau créant une brume qui enveloppe tout.

Zèbres                                                                         Nous pensons qu'il s'agit d'un renard !

Zèbres                                                                         Springboks

Springboks                                                                      Autruche

                                                                     

Il règne dans cette ville une atmosphère particulière. Bien que ce soit la plus grande ville du pays après Windhoek, nous avons l’impression d’une ville fantôme. Les rues principales sont bordées de constructions d’architecture allemande pour la plupart, le long de la plage c’est une débauche de luxe. C’est à qui étalera le plus sa richesse : petits châteaux, chaumières normandes, maisons contemporaines tout en verre …. Mais nous ne voyons pratiquement personne dans les rues, la majorité des commerces sont fermés pour le week-end.

Jetée de Swakopmund                                                                                      Swakopmund

Nous sommes surpris par la température. Alors que nous avons eu très chaud toute la journée, à l’approche de l’océan la température chute. Nous achetons donc chacun une veste épaisse, nous avions oublié que nous étions en hiver.

Notre lodge est au bord d’une falaise au pied de laquelle viennent se heurter les dunes de sable. Nous avons une vue incroyable sur le désert. A quelques centaines de mètres derrière nous l’océan.

                                                               Vue de notre lodge


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
martine ]