Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom martine
Age 55
But du voyage Tourisme
    Envoyer un message
Nationalité France
Description
Note: 1,8/5 - 5 vote(s).



Localisation : Egypte
Date du message : 12/07/2016
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Désert et mirages ...

Nous partons ce matin pour l’oasis de Fayoum à une centaine de kilomètres à l’Ouest. Nous empruntons la voie rapide qui relie Le Caire à l’oasis.

La ville s’étend de plus en plus, nous longeons des zones industrielles puis des banlieues, villes nouvelles qui poussent comme des champignons. Puis le paysage se fait de plus en plus aride, le désert plus présent. On sent une lutte constante entre le désert qui veut préserver sa virginité et l’urbanisation galopante.

Tout à coup on aperçoit les premiers champs cultivés, les palmiers dattiers, la végétation est très dense, c’est l’oasis de Fayoum. Ne croyez pas qu’il s’agisse d’une oasis perdue dans le désert, Fayoum compte plus de 2 millions d’habitants ! C’est une ville incroyable, ici il n’y a pas de nappe phréatique pour irriguer les cultures mais un canal qui ramène l’eau du Nil et le limon si fertile. Les canaux d’irrigation sont alimentés par des roues à aube en bois appelées norias, invention judicieuse du 3ème siècle.

Les norias                                                         Les norias

Nous continuons notre route jusqu’au lac Qaroun considéré comme l’un des plus anciens lacs naturels du monde. Beaucoup d’oiseaux migrateurs viennent y faire une halte. Les barques traditionnelles des pêcheurs apportent des touches colorées sur le bleu des flots avec en toile de fond le désert. Le temps est suspendu, impression de sérénité, de calme.

Le lac Qaroun                                                         Au bord du lac Qaroun

Nous quittons la route goudronnée pour une piste. Nous ne sommes qu’au début du désert blanc mais le paysage est magnifique et nous retrouvons le même enchantement chaque fois que nous pénétrons dans le désert. Imaginez plutôt des dunes de sable d’une finesse inouïe, pas très hautes, tout en courbes, et autour le sol calcaire d’un blanc immaculé. On dirait un tableau dans lequel le peintre n’aurait utilisé que 2 couleurs, peut-être pour sublimer le bleu du ciel ! Si le paysage peut paraître fade ou désolant, il n’en est rien, c’est d’une beauté saisissante. On se croirait à la création du monde, tout semble figé mais une surprise nous attend …

Nous entrons dans le désert blanc                                                         Pastels du désert blanc

                         La pureté du ciel

Après quelques kilomètres, nous croyons à un mirage. En plein désert, un lac ou plutôt deux lacs reliés entre eux par des chutes d’eau. La végétation reprend ses droits et apporte de la couleur. C’est le Wadi el Ryan. Il fait chaud, mais sans excès et une légère brise vient nous caresser. C’est donc dans cet environnement si paisible, loin de tout, au bord du lac, que nous déjeunons.

Lac au milieu du désert                                                         Wadi el Ryan

Wadi el Ryan                                                       Wadi el Ryan

Wadi el Ryan                                                       Wadi el Ryan

Nous ne pouvons aller plus loin, la zone pas entièrement sécurisée est pour l’instant interdite aux touristes.

 


Note: 5/5 - 1 vote(s).

Syndication :

Par Claire-Charly

le 13/07/2016 à 10:58:08

On a l\'impression qu\'il n\'y a pas beaucoup de touristes !
Quel beau ciel bleu !

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
martine ]