Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom martine
Age 55
But du voyage Tourisme
    Envoyer un message
Nationalité France
Description
Note: 1,8/5 - 5 vote(s).



Localisation : Grèce
Date du message : 09/06/2016
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 L\'île des Dieux

Santorin île tantôt bénie des dieux, tantôt broyée par leur courroux. Prodigalité des dieux qui ont offert à Santorin une terre fertile où rampent les pieds de vigne, poussent les légumes, embaument les herbes aromatiques sous la caresse d’un soleil toujours présent. Mais lorsque le volcan se réveille, secoue la terre, gronde faisant bouillonner la mer puis explose en crachant ses fleuves de lave, expulsant des milliers de bombes, l’île est alors ensevelie sous une épaisse couche de cendres, endormie pour plusieurs siècles.

Mais les dieux sont cléments et lors de la plus forte éruption, ils ont séparé Santorin en plusieurs îles et îlots, reléguant le volcan sur une nouvelle terre. Ainsi se forma la caldeira, chaudron surplombé de falaises abruptes qui viennent se refléter dans les eaux cristallines.

La caldeira                                                                                        La caldeira

La vie a repris sur Santorin, les habitants ont sculpté ces falaises, creusant leurs maisons dans la roche tendre, épousant les reliefs, profitant des creux. Ingéniosité de l’homme, bienfaits de la mère nature.  Ils n’ont pas oublié d’honorer les dieux, chaque village a ses édifices religieux, blancs coiffés d’une coupole bleue pour les uns ou de pierre volcanique grise pour les autres.

Eglise                                                                                            Eglise

Oïa et Fira, les deux « grandes villes » de l’Île dominent la caldeira,  Oïa à l’extrémité nord, et Fira au centre. Chacune possède son chemin pour accéder à la mer, cicatrices à vif dans la paroi de la falaise. On emprunte ces chemins à dos d’âne, baudets de Santorin joliment harnachés dont les clochettes tintent au rythme de leur pas.

Oïa                                                                       Oïa au dessus de la caldeira

          Oïa                                               Oïa

Une succession de collines occupe le centre de l’île, cultivées sur le bas mais sèches et arides sur les hauteurs, domaines des plantes aromatiques et de quelques paysans épris de solitude et d’étendues vierges. Puis les collines se font douces et apparaissent les moulins, tournés vers la mer, offrant leurs ailes au vent. Aujourd’hui beaucoup sont à l’abandon et tombent en ruines alors que d’autres, rénovés et tout pimpants sont devenus des résidences de vacances.

Moulins de Santorin                                                                         Moulin

C’est à l’abri de ces collines que se blottissent de charmants villages. Maisons blanches aux volets bleus, ruelles escarpées, terrasses ombragées où l’on déguste l’ouzo après une journée de labeur. C’est Santorin, calme et paisible, loin de la cohue des touristes de Oïa ou Fira. Dans les tavernes, on se régale d’agneau grillé, de tomates, de fèves, d’aubergines blanches tout en savourant un délicieux vin de pays.

                                                       Village à Santorin                                                              Village à Santorin

Puis on accède aux plages, rubans de sable noir si brulant sous le soleil qu’il est bien difficile d’y marcher nus pieds. Le flux et le reflux des vagues nous bercent, la caresse du vent nous protège des ardeurs du soleil.

Depuis hier Eole, le maître des vents, est en visite sur l’île. Le matin, il envoie son avant-garde le doux Zéphir, les feuilles des arbres se balancent langoureusement s’offrant à la câlinerie de ce vent léger. En fin d’après-midi, quelques rafales viennent secouer Santorin comme pour en chasser les touristes qui regagnent leurs paquebots amarrés au large de Fira. C’est dans la soirée qu’Eole s’installe, exprimant sa fureur en de violentes rafales. Les tamaris, les oliviers, les palmiers ploient sous ses assauts, se tordent et gémissent. Toute la nuit l’île n’est que rugissements, plaintes et grondements. Epuisé Eole s’en va au petit matin, laissant un ciel vierge de tout nuage.

Le soleil se couche sur la caldeira                                                                                  Le soleil se couche sur la caldeira


Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par Claire-Charly

le 09/06/2016 à 18:14:21

Quel bleu profond ! Ça fait rêver !

Répondre à ce commentaire

Par pierre k

le 10/06/2016 à 16:26:18

Belle île en effet, je ne savait pas qu\'il y avait une ile pour les divinités comme moi... j\'irai y faire une tour un de ces jours avec ma cop la déesse Aphrodite. LOL.
Sérieusement, merci pour ces photos de ce cadre magnifique.

Répondre à ce commentaire

Par martine

le 10/06/2016 à 16:55:33

Bonjour Pierre,
Contente de voir que tu nous suis toujours. En effet, les paysages de Santorin ressemblent parfois à certains lieux de Star War. Mais en plus, on y mange très bien, je suis sur que tu te régalerais...
Amitiés

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
martine ]