Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom martine
Age 55
But du voyage Tourisme
    Envoyer un message
Nationalité France
Description
Note: 1,8/5 - 5 vote(s).



Localisation : Madagascar
Date du message : 30/10/2015
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Mora-mora

Nous sommes à Nosy Be depuis 8 jours, ou depuis un siècle … Ici la notion du temps n’existe pas, ou autrement. Le jour se lève sur la baie

Les jours sont rythmés par la course du soleil, levé entre 5h30 et 6h, couché à 18 heures. Comment ne pas se mettre au diapason lorsqu’on a pas d’électricité, pas de TV ? Nous n’en avons pas besoin, chaque soir, au coucher, le soleil nous offre un festival de couleurs. La saison de la pluie a débuté, amenant ses averses nocturnes. En fin de journée, les nuages arrivent, commence alors une partie de cache-cache avec le soleil. Mais celui-ci ne s’en laisse pas compter, il flamboie dans une succession de roses, de jaunes, d’oranges, de rouges… puis disparaît d’un seul coup laissant place à la nuit. Je m’efforce de regarder jusqu’au dernier moment, mais je n’ai toujours pas surpris le fameux rayon vert de Jules Vernes. Les derniers feux du soleil

Quelques minutes plus tard, nous assistons au lever de la lune, ronde, majestueuse, éblouissante.

Nous sommes coupés du reste du monde, loin de l’agitation des métropoles, loin des infos. Notre seul lien, internet, et encore quand la connexion est correcte. Mais bizarrement tout ceci ne nous manque pas.

Les premiers jours nous avons voulu tout faire, tout voir, ne pas perdre de temps. Mora Mora disent les Malgaches, doucement doucement. Nous avons le temps et Nosy Be se déguste lentement, comme un bon plat, il ne faut pas être trop gourmand ou morfal, non il faut goûter, savourer … Nous partons pour une découverte un jour et nous ne faisons plus rien les jours suivants, uniquement contempler un paysage dont on ne se lasse pas.   Contempler le va et vient de la marée

Au-delà des paysages, des monuments, voyager c’est aussi aller à la rencontre des gens, d’autres cultures. Nous échangeons beaucoup avec les Malgaches, Ferdinant partage sa vie entre la pêche, son travail de guide dans la forêt, son job de piroguier pour les touristes. Il faut bien tout çà pour arriver à vivre. Pour rien au monde il ne quitterait son village, son île. Sa sœur a émigré en France, mais elle est revenue au bout de 3 ans. Ferdinant n’a qu’un enfant, et même si son épouse souhaite une famille nombreuse, il nous explique qu’il est difficile financièrement d’assumer une telle famille. Il veut que ses enfants fassent des études.   Capitaine Némo au bord de la mangrove

Grégoire est chauffeur de taxi, très fier de sa 4L orange. Dans les montées, lorsqu’elle peine trop, il l’encourage d’un « allez gentille petite 4L, tu vas y arriver ». Père de 8 enfants, (de 2 épouses différentes, nous précise-t-il), il assure le quotidien des 5 derniers (dont 4 filles). Trois d’entre elles sont en école privée. C’est très cher mais c’est beaucoup mieux pour elles nous dit-il. A l’école publique, l’enseignement est fait en malgache, en école privée en anglais et en français. Il est persuadé que l’avenir de ses filles est dans le tourisme et que la maîtrise de langues étrangères sera primordial. Lui-même a quitté l’école  très tôt et a appris le français au contact des touristes. Nous constatons que beaucoup de Malgaches, vivant principalement du tourisme, ont une faculté extraordinaire pour les langues. Grégoire nous accompagne au marché de Hell Ville

Nous avons moins de contact avec les femmes. Elles sont toujours afférées à quelques taches : ménage, cuisine, plantations … Elles sont toujours d’une grande élégance, dignes dans leurs habits colorés. Je ne sais pas comment elles font. Nous sommes toujours en sueur, dégoulinant … et elles toujours nickel. Nous les voyons souvent en pleine lessive dans les cours d’eau, un bébé dans le dos, le linge d’un blanc éclatant séchant devant les cases ou au soleil dans les prés.

Les nappes des brodeuses bordent le chemin                     Le blanc éclatant des nappes brodées                                    Retour de pêche, tout le village va au ravitaillement

J’achève là ma littérature et vous souhaite une bonne soirée.


Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par Claire-Charly

le 30/10/2015 à 16:58:54

Toujours beaucoup de plaisir à te lire ! Beau style, c\'est ton côté \"écrivain\" qui ressort ! Continue à nous enchanter ! Bisous !

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
martine ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty