Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom martine
Age 55
But du voyage Tourisme
    Envoyer un message
Nationalité France
Description
Note: 1,8/5 - 5 vote(s).



Localisation : Madagascar
Date du message : 26/11/2015
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Nous jouons les Robinsons

Coucou ! Me revoilà sur le blog ! Arrivés mardi à Sainte-Marie, nous avions tout de suite été séduits par l’île mais il en était tout autrement pour notre logement. Un bungalow, les pieds dans l’eau, avec une vue splendide sur l’océan. Mais, notre bungalow, en fait une case malgache, était plus que spartiate voire même assez vétuste… L’endroit est superbe avec une belle végétation mais manque cruellement d’entretien.

Notre  première nuit a été assez mouvementée. Avoir les pieds dans l’eau c’est super pour les photos et la carte postale mais hyper bruyant la nuit lorsque les vagues viennent se fracasser à quelques mètres… A cela venaient s’ajouter les fréquentes chutes de mangues sur le toit et la visite fréquente d’insectes.

Hier matin, nous avons donc sillonné le sud de l’île en tuck-tuck pour trouver un nouveau logement. L’île est tout en longueur, 67 km de long sur 6 km de large. A l’extrémité Sud, à 400 m du rivage, la minuscule île aux nattes. La grande ville, Ambodifotatra, se trouve sur la côte Ouest. En moins de 2 heures nous avions trouvé notre bonheur, un petit coin de paradis préservé sur la côte Est.

                                                           Au bout de la piste, le paradis

Sainte Marie, c’est la douceur de vivre. Les pirates qui en avaient fait leur base stratégique y revenaient sans cesse. La princesse Bety, fille du roi Ratsimilaho, offrit Saint Marie au caporal français La Bigorne, qu’elle avait épousé par amour. Lors de l’indépendance de Madagascar, le sort de Sainte Marie n’a pas été précisé. Jusqu’au début des années 1970 les Saint Mariens bénéficièrent d’un statut à part qui leur conférait la qualité de citoyens français. Aujourd’hui encore, ils fêtent le 14 juillet !

Une seule route partiellement goudronnée traverse l’île sur la côte Ouest mais une multitude de pistes sillonne Sainte Marie. On peut s’y promener à l’ombre des arbres à pain et des jacquiers à pied, en VTT, en quad, en moto sans crainte, ici pas d’insécurité. Pour les grands trajets, pas de voitures (très peu nombreuses sur l’île) mais des tuck-tucks.

Ce qui fait la célébrité de Sainte Marie, c’est la parade des baleines. De fin juin à fin septembre, 4000 baleines à bosse migrent depuis l’Antarctique jusqu’au nord de l’île pour mettre bas. On peut alors assisté à de fabuleuses parades nuptiales. Les saint mariens ont vite compris quelle source de revenus ils pouvaient en tirer et aidés de scientifiques, ils ont fait de leur île un véritable sanctuaire pour ces cétacés.

Les habitants vivent de la pêche, de l’exploitation du clou de girofle et tendent aujourd’hui à se diversifier dans d’autres cultures vivrières. Les femmes se sont regroupées en une association « les drôles de dames » pour prendre en main l’avenir de Sainte Marie. Leur but : faire connaître l’artisanat local en construisant des boutiques dans des lieux stratégiques. Les revenus qui en découlent financent entre autres un pensionnat. Elles mènent de nombreuses actions tant au niveau éducatif que culturel. L’île Sainte Marie s’appelaient autrefois l’île aux femmes ce n’est peut-être pas innocent !     On trouve un excellent foie gras à Madagascar !

Les maisons, minuscules cases sur pilotis, sont faites de feuilles, de tiges de ravenala et de bambous. Les villages sont très fleuris et très propres, les « drôles de dames » organisent un concours annuel du village le plus propre et sensibilise ainsi la population au respect de la nature. Sainte Marie a beaucoup d’atouts mais reste préservée du tourisme de masse. Les cases du village

Il faut que je vous parle maintenant de notre petit coin de paradis « le Boraha village ». Nous avons emprunté une piste, traversé de petits villages, enjambés des cours d’eau où les femmes faisaient leur lessive, et nous sommes arrivés au bout du monde. Une dizaine de bungalows nichés dans la verdure surplombant la mer veille sur une petite plage de sable fin. Du restaurant un ponton de 200 mètres vous amène à un salon de plein air propice à la rêverie. Besoin d’un peu de fraîcheur, on plonge dans une piscine naturelle. On se balade dans le parc, magnifiquement entretenu,  sous les arbres à pain, les bananiers, les cocotiers, les palmiers, les manguiers. Tout vous incite au repos.

Le ponton                                                           Le restaurant                                          Le parc

Les bungalows traditionnels malgaches sont décorés avec goût, les meubles sont de fabrication locale, les tissus ont été brodés par les femmes de l’île. Nous adorons.  Notre bungalow

Permettez-moi de vous offrir ces quelques photos qui je l’espère vous feront rêver et ouvriront une petite parenthèse de bonheur dans votre journée. La marée haute recouvre la plage                                   Colonel, le perroquet de l'hôtel

                                                                            Je pense bien à vous ...


Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par Claire-Charly

le 26/11/2015 à 16:41:01

J\'espère que vous n\'avez pas eu trop de mal pour changer d\'hôtel. On apprécie le ciel bleu et le soleil car ici on en manque !
Profitez !

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
martine ]