Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom martine
Age 55
But du voyage Tourisme
    Envoyer un message
Nationalité France
Description
Note: 1,8/5 - 5 vote(s).



Localisation : Madagascar
Date du message : 19/11/2015
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Splendeur et décadence

Ce matin, Jimmy m’accompagne pour une visite guidée de Diego. Nous prenons tout d’abord la direction du campus universitaire. Chaque grande ville a une université spécialisée dans une ou deux matières. Pour Diego c’est lettres et polytechnique. Si les étudiants bénéficient d’une vue incroyable sur la baie de Diego, les salles de cours sont vétustes et les logements tombent carrément en ruine.   L'université   

Diego possède un hôpital tout neuf. Une des promesses du gouvernement en place était de construire un hôpital dans chaque grande ville.                L'hôpital

Nous nous rendons ensuite au marché qui se tient chaque jour de 6h à 18 heures. Il y règne une grande animation. On y trouve de tout, alimentation, vêtements, ustensiles … On est bien loin des règles d’hygiène de nos pays occidentaux. Les bouchers débitent les quartiers de viande sur place. Jimmy m’assure que les bêtes ont été tuées ce matin et seront consommées dans la journée. Ici, pas de réfrigérateur, on achète au jour le jour.   Les bouchers

Plus loin, le marché aux poissons salés ou séchés. On y trouve des crevettes vivantes présentées dans des plateaux en feuilles tressées, des crabes de mangrove recouverts de boue. Pour les minuscules crevettes, on utilise l’unité de mesure locale, le kapoka qui correspond à la contenance d’une boîte de lait concentré vide. Poisson salé

Les femmes recyclent les bouteilles de plastique vides pour les achards. Ce sont des légumes ou des fruits coupés en menus morceaux marinés dans du vinaigre, salés, huilés, épicés et parfois fortement pimentés. Les achards accompagnent les carris. On trouve des achards de mangue, de citron, de choux … Cela donne des étals très colorés. Les achards

Il y foule au marché et attention aux chars à bras qui transportent les marchandises dans toute la ville.    Transport de marchandises

Nous quittons l’animation du marché pour aborder le quartier de la glacière. Pas de bruit, tout est calme. Les maisons « Eiffel » sont cachées dans la végétation. On les appelle ainsi car elles sont construites sur une ossature en fer selon le système de notre Gustave Eiffel national. C’est le quartier des cadres de la SECREN (Société d’études, de constructions et de réparations navales), deuxième employeur de la ville. Maison Eiffel

Diego avait la plus importante cale sèche de l’Océan Indien et de nombreux navires y ont été construits ou réparés. Mais les Seychelles viennent de créer une cale sèche aussi grande et font désormais concurrence à Diego.    La SECREN

Aujourd’hui pas de navires en vue et les remorqueurs restent à quai. Sur les docks, seuls quelques containers attendent d’être chargés. Le port de plaisance est vide, pas un seul bateau, on attend la saison touristique et on espère une reprise de l’activité. Les remorqueurs restent à quai                      Bien peu de containers en attente

La conserverie « Pêche et Froid de l’Océan Indien » est le premier employeur de Diego. On y attend la prochaine campagne de pêche au thon avec impatience. Petite anecdote à ce sujet : la conserverie ne prend que les thons albacores en parfait état, le reste est donné aux dockers ce qui leur procure un complément de revenus non négligeable. Les dockers s’arrangent donc, lors du déchargement, pour abîmer un maximum de poissons. Les règles du jeu devraient donc changer… En France on trouve les produits de la conserverie sous la marque « Petit Navire ».

La statue du Maréchal Joffre fait face à la baie sur la place du même nom. C’est la seule statue qui subsiste de l’époque coloniale. Les malgaches l’ont conservée car ils admiraient beaucoup le Maréchal Joffre qui a présidé à l’aménagement de Diego de 1899 à 1905.          La Place Joffre

A quelques mètres de la place, les ruines de l’hôtel de la Marine, symbole du passé glorieux de Diego. Ce palace construit dans les années 1920 par un français, Alphonse Mortages découvreur des mines d’or du Nord de Mada, a été cédé à la marine française puis à la marine malgache. Le palace a été ravagé en 1984 par le cyclone Kamisy. Aujourd’hui il n’en reste que des ruines mangées par la végétation mais qui laissent deviner ce que fut la splendeur de ce lieu. L’hôtel possédait en contre-bas une piscine à débordement, un must pour l’époque. La façade de l'hôtel de la Marine

Il ne reste que les murs traversés par la végétation                                             On imagine les clients du siècle passé admirant la vue sur la baie

Le kiosque à musique est toujours debout dans le parc mais il y a longtemps que n’y résonnent plus les cuivres.                                                                            Le kiosque à musique

Au retour, halte au cimetière anglais. En 1942, les anglais et les français soutenant le régime de Vichy ont livré une bataille sanglante dans la baie de Diego. Le cimetière anglais est parfaitement entretenu grâce aux fonds du Commonwealth (beaucoup de soldats indiens, australiens …)

Le cimetière militaire anglais                                                                Le cimetière militaire anglais

Face à lui le cimetière militaire français laissé totalement à l’abandon, envahi par les broussailles. Mais les résidents français ont décidé de réagir et ont collecté des fonds pour le remettre en état. Le débroussaillage a commencé.

En parcourant la ville on se rend compte que Diego n’est plus que l’ombre d’elle-même. Palaces en ruines, belles maisons coloniales décaties, plus d’animation sur le port … Beaucoup de fantômes hantent ce lieu et on imagine aisément ce qu’a pu être la vie à Diego durant les colonies. La beauté de la baie, la morsure du soleil atténuée par les alizées, la douceur de vivre mora-mora, les bateaux défilant dans la baie, les dockers s’agitant, les porteurs s’interpelant, les concerts du dimanche sous le kiosque à musique, les belles élégantes de l’hôtel de la marine …. Mais Jimmy m’assure qu’à chaque saison touristique, qu’à chaque campagne de pêche, Diego se réveille et retrouve pour un temps sa splendeur passée.

 

 

 

 

 

 

 

 


Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par Claire-Charly

le 19/11/2015 à 14:31:22

Ce n\'est pas la nature que tu nous présentes ce jour mais la ville ! L\'hôpital paraît rutilant. Dommage que les anciens bâtiments ne soient que ruines !
Philippe ne semble pas être de la sortie.
Ici, la Fête des Lumières vient d\'être annulée.

Répondre à ce commentaire

Par Anne TORNATO

le 23/11/2015 à 18:55:01

on voyage avec vous, un régal, bisous à vous 2

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
martine ]