Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom martine
Age 55
But du voyage Tourisme
    Envoyer un message
Nationalité France
Description
Note: 1,8/5 - 5 vote(s).



Localisation : Madagascar
Date du message : 02/11/2015
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Tourisme sous les Tropiques

Hier, nous avons déjeuné « Chez Loulou » sur la magnifique plage d’Andilana. La plage de sable blanc en forme de croissant s’étire sur 3 kms, peu de touristes, le bruit de la mer, les pirogues des pêcheurs, et quelques voiliers. A l’ombre des cocotiers, quelques petits étals où l’on propose produits locaux, artisanat, et massages. Case malgache

En bout de plage, une avancée rocheuse. Très curieuse, je ne résiste pas à l’envie de voir ce qui se cache derrière. La marée est basse, pas de souci pour accéder à l’autre côté. Et là, surprise ! Imaginez une petite anse où s’entassent côte à côte, presque accolés transats et parasols. Pourquoi s’entasser ainsi quand on a à quelques pas une plage magnifique quasi déserte ? Zébu

J’ai eu la réponse ce matin. C’est en fait la plage privée d’un grand hôtel (une usine à touristes, devrais-je écrire !). A l'entrée du village

Grâce à nos hôtes nous avons obtenu l’autorisation pour visiter ce complexe. La route qui y mène s’arrête à l’entrée. Première barrière avec gardiens. Nous expliquons que nous avons rendez-vous à la réception. Vérification faite, on nous laisse pénétrer. Cent mètres plus loin, nouvelle barrière, nous déclinons notre identité, on nous donne des badges visiteurs. Nous entrons maintenant véritablement dans le complexe mais pas question de nous laisser seuls, on nous attribue donc un « guide ». Ici on ne plaisante pas avec la sécurité… Toujours beaucoup d'enfants

Après avoir traversé un parc magnifiquement entretenu, nous arrivons à la réception et nous dirigeons vers la galerie marchande. On y trouve de tout, produits de beauté, vêtements (made in Indonésia, pour la plupart), bijoux mais en fait peu de produits malgaches si ne n’est des nappes brodées vendues en solde 50 euros (les brodeuses que nous avons rencontrées nous les vendaient l’équivalent de 15 euros). Ici tous les prix sont affichés en euros, pas besoin de faire du change, il ne faut pas perturber les touristes. De lourdes charges sur la tête                                                         On cuisine en pleine air

Les bâtiments essaient de se donner un petit air malgache. Les hauts parleurs crachent une musique qui n’est pas du tout de fond…

Un immense restaurant genre self-service (hyper bruyant). Un second restaurant, gastronomique lui, installé sur la petite île reliée à l’hôtel (sur réservation uniquement).  On prépare pour la culture du riz

Il est l’heure de l’aqua gym. Une animatrice fait s’agiter les quelques clients qui en ont le courage.

Grande piscine, terrain de boules, tables de ping-pong … et bien sûr clubs enfants. On pourrait être dans n’importe quel coin du globe avec plage, soleil et palmiers, St Domingue, Cuba ou même Nice…

                                                                       Il existe quelques clôtures

Un détail m’intrigue, toutes les horloges avancent d’une heure. Ici on vit à l’heure de l’hôtel et non pas à l’heure malgache. Le soleil se levant à 6 heures, on ne va pas demander aux clients de se lever aux aurores, alors on avance les horloges d’une heure, c’est pas pareil. Idem pour le soir, nous prenons l’apéro à 18 heures et nous couchons parfois à 21 heures. A l’hôtel le client prend son apéro au même moment mais pour lui il est 19 heures, il assistera ensuite au spectacle et aura l’impression d’avoir veillé très tard. Tout est bon pour rentabiliser au maximum les infrastructures.

                                                                         Les cases se blotissent les unes contre les autres

Le client débarque à l’aéroport, est pris en charge par la navette de l’hôtel pour rejoindre son « coin de paradis », et n’en ressortira que pour reprendre l’avion du retour. Mais il n’aura pas vu ces femmes portant de lourdes charges sur la tête, le corps droit, la démarche élégante et ces gardiens de zébus, machette à la main, si farouches, et ces villages aux cases en bois autour desquelles joue toute une ribambelle d’enfants, les yeux leur dévorant le visage, riant aux éclats quand on leur montre nos photos et ces milles choses qui font la beauté de Madagascar. Il n’aura pas connu la saveur des fruits fraîchement pressés. A l’hôtel, les « jus de fruits » c’est poudre diluée dans de l’eau. On ne plaisante pas avec l’hygiène alimentaire, le client ne doit pas être malade !

                                                                             Le ciel se charge de nuages, l'orage approche

A son retour, il pourra se faire des peurs rétroactives racontant avec des frissons que Madagascar est un pays dangereux, qu’à l’hôtel il y avait un service d’ordre pour assurer sa sécurité. Meilleure façon d’entretenir la réputation d’un pays…  Un dernier rayon de soleil perce à travers les nuages

A chacun sa façon de voyager…  Jeu de cache cache entre soleil et nuages avant la nuit


 


Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par Claire-Charly

le 05/11/2015 à 09:39:12

D\'où l\'intérêt de voyager \"à l\'aventure\" ! C\'est tellement plus enrichissant !

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
martine ]




Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty