Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom martine
Age 55
But du voyage Tourisme
    Envoyer un message
Nationalité France
Description
Note: 2/5 - 4 vote(s).



Localisation : Madagascar
Date du message : 16/11/2015
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Un sujet brulant

Ce matin, petit tour à la plage. Nous avons pris soin de ne rien avoir sur nous. Sacha, notre hôtesse nous a mis en garde, pas d’appareil photo, pas d’objet de valeur, rien qui puisse susciter la convoitise. Nous avons fait quelques photos discrètement avec un téléphone. Nous sommes confrontés à la plaie de Madagascar : l’insécurité. Au matin, le pain de sucre à marée basse

Ballade matinale                                                    La mer s'est retirée bien loin

A Nosy Be, nous avons circulé sans problème. Je suis allée me promener seule et faire quelques photos dans le village sans crainte. Idem dans les îles que nous avons visitées. Les villageois tirent une bonne partie de leurs revenus du tourisme et font en sorte que tout se passe pour le mieux. Nous avons toutefois évité de sortir la nuit sans être accompagnés. Les évènements survenus à Nosy Be et qui ont fait l’actualité l’année dernière ont entraîné l’effondrement du tourisme. Une véritable catastrophe pour Madagascar.

La sécurité est au centre de toutes les discussions. L’état malgache est totalement impuissant, la police corrompue ne fait rien. Alors les malgaches s’organisent et tentent de veiller eux-mêmes à la sécurité. Dans le parc de la Montagne d’Ambre, suite à une agression, les guides se sont regroupés avec des villageois, ont exigé une présence militaire, organisent des patrouilles. Le tourisme est leur gagne-pain et ils veulent que les vacanciers puissent visiter le parc sans problème.

Diego est une ville sinistrée. Nous y croisons bien peu de touristes. Bon nombre d’hôtels et de restaurants sont en vente. Le lycée français a fermé l’année dernière, obligeant les jeunes à partir en internat à Tana, encore faut-il en avoir les moyens. Le consulat français fermera définitivement ses portes en fin d’année.

Pour aller au centre de Diego, à peine 2 km, nous faisons appel à un tuck-tuck de confiance ou à un taxi car nous devons traverser un quartier miséreux, un véritable bidonville. Le salaire mensuel, pour ceux qui ont du travail, est l’équivalent de 45 euros. Notre appareil photo représente pratiquement un an de salaire. On comprend que cela puisse être tentant !

En ville, nous ne nous éloignons pas des artères principales et ne descendons pas jusqu’au port.

Pourtant la région très belle regorge de sites incroyables : la Montagne d’Ambre, la Montagne des Français, les trois baies, les tsingys rouges, la mer d’Emeraude, la réserve naturelle d’Ankarana … Quel gâchis !  Taxi brousse, celui-ci n'est encore pas trop chargé

Nous visitons la région en compagnie de Jimmy ou de l’un de ses chauffeurs qui vient nous chercher à l’hôtel le matin et nous ramène le soir. Jimmy se propose même pour nous accompagner en ville. Entre 2 visites, nous paraissons à la piscine de l’hôtel. Nous ne resterons que 13 jours à Diego.

Nous avons beaucoup de peine pour tous les malgaches que nous côtoyons car ce sont de gens d’une extrême gentillesse, qui essayent coute que coute de s’en sortir mais pour qui l’avenir est plus qu’incertain. Les pâturages en bord de plage sont très secs, il n'a pas plut depuis février                                           La mangrove est découverte


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
martine ]